SemaineIntlLibreAccesLogo

La semaine internationale du libre accès aura lieu du 21 au 27 octobre 2013. Elle célèbre et met en valeur toutes les initiatives dans le monde pour libérer l’accès des chercheurs et du public en général aux publications scientifiques. De quoi s’agit-il?
Voici une série de liens permettant de bien comprendre le mouvement du libre accès et les débats qu’il suscite, connaître son cadre réglementaire au Canada, découvrir les ressources pour publier en libre accès et explorer les publications offertes en libre accès sur le web.
 

Les déclarations et textes fondamentaux sur le libre accès

Ces déclarations visent à contrer les freins à l’accès aux résultats scientifiques et proposent des solutions pour y remédier.

  • La Déclaration de Béthesda définit la publication en libre accès ainsi que les rôles des différents acteurs œuvrant dans la communication savante.
  • La Déclaration de Berlin, définit le Libre accès « comme une source universelle de la connaissance humaine et du patrimoine culturel ayant recueilli l’approbation de la communauté scientifique », élargissant ainsi la notion du Libre Accès à tous les biens culturels et à toutes les données issues d’un travail de recherche.
  • Une introduction sur le libre accès par Peter Suber, Open Access Overview (traduction française de Marie Lebert) fait un tour d’horizon des enjeux et des stratégies permettant de faire progresser le libre accès. Plusieurs notions fondamentales y sont expliquées (voie verte, voie dorée, etc.).

Le cadre réglementaire au Canada

Les organismes subventionnaires sont en train de mettre en place une réglementation faisant de la publication en libre accès une condition de financement.

Des ressources pour publier en libre accès

La publication en libre accès est facilité par les bibliothèques et des organisations qui appuient sa mise en place.

  • SHERPA Romeo, le registre des politique de droit d’auteur des éditeurs scientifiques, permet d’identifier les éditeurs qui autorisent le dépôt de manuscrit dans des dépôt institutionnels.
  • L’Association des bibliothèques de recherche du Canada offre un guide de ressources et des conseils pour aider les auteurs à publier leur recherche en libre accès:

o   Ressources sur le libre accès pour les chercheurs

o   Comment permettre le libre accès à ma recherche

  • L’Australian Open Access Support Group (AOASG) propose une liste de ressources pouvant aider à créer une revue en libre accès.

Les répertoires et moteurs de recherche

Les publications en libre accès sont repérées dans des répertoires, des bases de données et des moteurs de recherche.

  • Directory of Open Access Journals (DOAJ)

Près de 10 000 revues y sont répertoriées.

Près de 2500 dépôts institutionnels de bibliothèques universitaires, accueillant des versions en libre accès d’articles publiés ailleurs.

Moteur de recherche donnant accès à plus de 50 millions de documents provenant de 2 763 sources.

Moteur de recherche donnant accès à plus de 30 millions de documents provenant de plus de 1,500 sources.

Sélection d’éditeurs de revues scientifique en libre accès

Organisation sans but lucratif regroupant les différents types d’éditeurs de publications en libre accès.

Éditeur de plus de 250 revues savantes avec revision par des pairs.

Plus de 400 revues de sciences humaines et sociales, surtout en français, mais aussi dans d’autres langues latines.

Éditeur de plus de 500 revues savantes avec revision par des pairs.

Sélection d’organismes militant en faveur du libre accès

Initiative de l’UNESCO qui sensibilise les décideurs sur l’impact du Libre accès et les facteurs de succès pour la mise en place de politiques sur le Libre accès.

  • Scholarly Publishing & Academic Resources Coalition (SPARC)
Alliance internationale de bibliothèques dont l’action vise à corriger les dysfonctionnements du marché dans le système de l’édition savante.
  • Students for Free Culture 
Organisation étudiante internationale favorisant l’intérêt public dans la propriété intellectuelle et les technologies d’information et de communication.

 

 Merci à la bibliothèque de l’Université Laval pour sa collaboration au contenu de cette page.